Crouler sous un kilo de Quetsches jusqu'à ne plus savoir qu’en faire, à part peut être nourrir les vers.

Publié le par Confessions d'une Lyonnaise

Qu’il est bon de se retrouver face à sa passion, qui redémarre doucement, et puis peut être surement.

Il est vrai que, ces derniers temps étaient creux, néfastes et déprimants. Rien n’a changé, peut être juste, une amélioration, et moins d’appréhensions sur certaines choses. Je ne dis pas non plus, que tout va bien et que tout est enfin rentré dans l’ordre. Mais, après tout, je garde ce petit espoir, que tout va redevenir comme avant, ou des plus normal.

Patience est mère de sureté… Mouais, bah faudrait quand même penser à se magner le cul. Je n’ai pas non plus l’éternité pour attendre que la vie aille enfin un peu dans mon sens.

Enfin bon. Tout ceci pour en revenir, au fait que, aujourd’hui, je vous ai préparé une petite recette, avec des quetsches. Car, oui, les quetsches, j’en ai un peu par-dessus la tête, mais surtout, plein le frigo. Et qui dit plein le frigo, dit, qui trainent depuis un petit bout de temps dedans, attendant patiemment que je m’en occupe. Malheureusement, ni le temps, ni forcément l’envie au moment présent.

Qu’importe. Aujourd’hui ces vilaines qui m’ont donné beaucoup de fil à retordre, passent à la casserole, ou du moins, au four ! Et toc ! Un bon gâteau moelleux, juteux et savoureux, qui, avec ce temps Automnal, à de quoi remonter le moral, même le plus bas.



IMGP1740
IMGP1617  IMGP1746


Pour  4 à 6 personnes

Ingrédients :

- 500 g de quetsches
- 170 g de beure
- 180 g de sucre
- 150 g de farine
- 4 œufs
- 20 g de sucre cassonade
- 1 cuillère à soupe de crème fraiche


N.B. : Ce gâteau, façon gâteau manqué, est un régal avec toutes les prunes. De quoi le décliner en plusieurs versions et ravir les gourmand(e)s.


1/ Préchauffez votre four à 200°C.
2/ Lavez, séchez et coupez en deux vos quetsches, puis retirez le noyau.
3/ Dans une jatte, travaillez le beurre mou  (sortez le à température ambiante au préalable), afin de le rendre crémeux. Ajoutez-y la crème fraiche en remuant énergiquement.
4/ Cassez les œufs, et séparez les blancs des jaunes. Ajoutez un à un les jaunes dans la préparation, et remuant entre chacun.
5/ Versez le sucre, puis fouettez à nouveau énergiquement, pendant une dizaine de minutes, afin que le mélange puisse blanchir et devenir mousseux.
6/ Montez les blancs en neige bien ferme et incorporez les doucement et en plusieurs fois dans la préparation, le tout, en ajoutant doucement la farine. Veillez cependant, à ne pas cassez les blancs, et à toujours soulever la préparation de bas en haut, afin d’incorporer le plus d’air.
7/ Beurrez et farinez votre moule, puis versez la moitié du sucre cassonade au fond en le répartissant bien.
8/ Incorporez vos quetsches à votre pate, puis mélangez délicatement, toujours en veillant à soulever votre préparation. Versez le tout dans votre moule, puis lissez le dessus à l’aide d’une spatule ou d’une Maryse. Saupoudrez le reste de sucre cassonade dessus et enfournez le tout à 200°C pendant 40 minutes.
9/ Surveillez tout de même la cuisson, afin que le dessus ne brunisse pas trop et trop vite. Ajoutez une feuille de papier d’aluminium sur le dessus de votre gâteau une fois bien doré, et laissez cuire. Si votre gâteau manque de cuisson malgré les 40 minutes, surveillez attentivement en piquant son centre. Une fois cuit, sortez du four, et laissez refroidir. Vous pouvez le déguster tiède ou froid.


Ma petite astuce : Les quetsches étant bien mures, apportent beaucoup de douceur et sont déjà naturellement sucrées. Toutefois, vous pouvez apportez une touche d’acidité, en les choisissant à peine mûres, et contrebalancer, avec du sucre roux, qui apportera de la force, un sucré très parfumé, et exaucera le gout de ses dernières. 



IMGP1743


Une bonne idée de dessert à partager et à déguster pour une fin de repas « légère », mais aussi pour un gouter. Quoi de plus délicieux qu’un gâteau qui réconforte les petites mines en ce jour nuageux. Personnellement, je m’en lèche les « babines », et replonge volontiers ma cuillère pour n’en faire que quelques bouchées, et, me replonger dans de savoureux souvenirs, en laissant explosées toutes ces saveurs en bouche.



IMGP1773

Un dessert qui, aura peut être raison de moi, peut être pas, mais il y a bien une chose dont je suis sure, c’est un dessert qui me donne envie de m’afférer plus souvent dans ma cuisine, pour sortir de « jolis » gâteaux qui rassemblent et mettent tout le monde d’accord. En attendant que la « machine » se remette en route doucement, je m’en vais vous souhaitez un bon Dimanche.

Bon Appétit.

Commenter cet article