Promenons nous dans les bois, pendant que les Cèpes sont là !

Publié le par Confessions d'une Lyonnaise

Encore une fois, un blog à la dérive, mais que voulez vous, je ne peux bloguer tous les jours, et encore moins, sans aucune motivation. Et puis merde, je ne suis pas aux pièces d’abord !

Comme vous avez pu le remarquer, je me suis faites assez discrète sur la blogosphère, ainsi que sur le net… Beaucoup de soucis comme tout le monde me direz vous, mais bon, peu de temps, pas mal de fatigue, je suis tombée malade entre temps, et bien sur, pour ne rien arranger, des personnes dont je me passerais bien, interviennent sans cesse dans ma vie pour rien, si ce n’est me casser les bonbons.

Enfin bref, je me dis que c’est la vie, qu’il y à toujours pire, mais c’est quand même pénible à la longue à croire que, la roue tourne, mais alors, qu’elle prend bien son temps hein…, et puis, qu’après tout, j’arrive toujours à obtenir des petits moments sympas, comme cette « coupure » en Auvergne qui n’était pas prévue pour moi, et qui m’a fait un bien fou. Du vert, des bois, de l’air frais, les bruits de la nature qui s’avèrent bizarre la nuit, la campagne quoi.

Mais j’ai surtout envie de vous parler dans ce post, de ma découverte des bois, de la recherche des champignons et de leur cueillette. Oui, car, quand on vient de la ville pure et dure, ce n’est pas souvent qu’on voit des bois, et encore moins des champignons. Alors bon… pas évident une fois dans le « vif du sujet » ou plutôt en plein bois, de se retrouver, de savoir où chercher, comment et surtout de ne pas s’entraver dans les branches et bêtes en tout genre, accessoirement.

Malgré tout ca, j’ai été très surprise de voir que non, les bois du moins ceux où j’ai crapahuté, ne ressemble pas aux bois ni aux forêts horribles qui font peur, avec des bêtes féroces et immondes, et que non, un champignon n’est pas accessible aussi facilement que dans un compte d’Alice au Pays des Merveilles, bien au contraire. Oui, ce fourbe de champignon, se cache, tantôt sous les feuilles, tantôt sous la mousse, parfois même sous des branches…

Alors oui, moquez vous, mais une citadine, qui fait son baptême de cueillette de champignons, et qui ne voit pas la différence entre une feuille marron et un champignon, est passable... mais une citadine qui confond un cèpe et un champignon « nocif » je crois que là, j’ai atteins des sommets dans la « gravitude ».

Enfin bref, malgré mes péripéties à courir partout enfin, surtout enjamber et essayer de ne pas m’enfoncer dans la terre et les couches épaisses de feuilles mortes, j’ai survécu, et j’ai même trouvé des Cèpes. De très beaux Cèpes qui m’ont parfois donné du fil à retordre, mais qu’importe. Aujourd’hui, ils sont punis, et passent au second nettoyage et au découpage pour finir en poêlée gourmande. Mais ca, il faudra attendre demain, avant de les déguster avec une bonne pièce de bœuf.



IMGP1546  IMGP1548

IMGP1547


IMGP1549  IMGP1551



Un « périple » qui s’achève dans l’assiette prochainement, mais qui, n’a pas été déplaisant du tout. Loin de là. Je me retrouve avec le sourire, et je me dis, que, pour la prochaine cueillette, je serais parée, préparée et en quête du moindre champignon caché!

A bientôt et surtout, restez connectés.

 

N.B : Un merci au grand-père de mon mari, André ou Dédé pour les intimes, de m’avoir emmené et de m’avoir initié aux joies de la cueillette, malgré sa fatigue. Merci aussi à mon mari, qui m’a montré comment « chercher une bosse de feuilles » aka un Cèpe caché et de les avoir gentiment préparés et cuisinés. Merci également à Camille sa petite cousine, qui m’a bien fait crapahuter à droite à gauche, et m’a bien fait rire avec sa phrase mythique comme quoi je suis une taupe !

Publié dans Bla-Bla & Encore Bla

Commenter cet article