Apercevoir des rayons de soleil, croire que cela va durer, ou, comment le temps se paye ma tronche !

Publié le par Confessions d'une Lyonnaise

Malheureusement, le soleil en continu ca ne sera pas pour tout de suite ! Après quelques éclaircies Lundi, je voyais déjà la scène : le soleil sur ma peau, qui réchauffe mon cœur et me redonne le sourire. Que nenni ma pauvre Martine, je pouvais toujours aller me brosser un coup par là, mais ca, je ne le savais pas encore !

 

Toute guillerette (pour ne pas dire blonde),  avec mon pseudo sourire à l’Américaine, j’ai feuilleté avec acharnement mes bouquins de cuisine, pour tomber sur la fameuse recette qui me faisait de l’œil depuis un petit moment.

 

Un coup d’œil dehors, un autre coup d’œil dans mon frigo, et me voici en quête de la préparation qui séduira mes papilles, en la dégustant plus tard, sur mon balcon, en plein soleil. Vous me direz donc, « mais que nenni ma pauvre Martine ». Soyez patient mes enfants, j’y viens.

 

Premiers coups de fouet, jusqu’aux premières photos, tout s’enchaine très rapidement.

 

Me voila, toute radieuse, ma recette du tiramisù légèrement revisitée, prête à faire les dernières photos, avec une lumière des meilleures. .. Mais c’était sans compter, la grisaille, qui, s’en me consulter, s’est installée silencieusement… Traitresse !

 

Furieuse de voir le temps se payer ma tronche, j’ai marmonné autant de jurons que possible, en vain, pour au final, me résoudre à faire ces putains de photos… Alors c’est sur, que, d’une photo à l’autre, la différence est là ! Mais bon… comme on dit, « c’est l’jeu ma pauvre Lucette ».

 

C’est avec un peu d’amertume, et d’insatisfaction, que je laisse place à la fameuse recette grisaillante, revue et corrigée, extraite du livre « Tout Chocolat Blanc » de Jean-Paul Laillet.

 


 

IMGP0503 

         

IMGP0477  IMGP0490 

 


Pour 4 à 6 personnes

 

Ingrédients :

 

- 180 g de chocolat blanc Nestlé

- 150 g de biscuit à la cuillère

- 30 g de sucre en poudre

- 250 g de mascarpone

- 2 œufs

- 200 g de litchis

- 1 (grosse) grenade

- 1 trait de citron

 

 

NB : Vous noterez au file de mes recettes, que je travaille beaucoup avec le chocolat de la marque Nestlé. Ce n’est qu’un choix personnel, tant soit pour le gout, la qualité ou la facilité à travailler ce produit. Vous pouvez néanmoins utiliser le chocolat pâtissier que vous voulez.

 

 

1/ Au bain marie, faite doucement fondre le chocolat blanc, préalablement cassé en petit morceaux. Puis, mélangez-le, afin que le chocolat fonde de manière homogène et évite de brûler.

2/ Séparez les blancs des jaunes. Montez les blancs en neige très ferme.

3/ Dans une jatte, fouettez énergiquement les jaunes avec le sucre, jusqu'à ce que le mélange blanchisse. Ajouter ensuite le mascarpone, et mélangez à nouveau.

4/ Incorporez le chocolat blanc fondu, au mélange précédant (jaunes-sucre-mascarpone), mélangez bien, puis ajoutez en plusieurs fois les blancs en neige. Veillez à ne pas cassez les blancs, lorsque vous mélangez le tout et pensez à soulever la préparation de bas en haut.

5 / Réservez au frais.

6/ Epluchez les litchis, retirez les noyaux, puis passez les au mixeur avec un trait de citron. Vous devez obtenir une purée un peu liquide.

7/ Versez la « purée » de litchis dans un bol et faites trempez vos biscuits à la cuillère quelques minutes.

8/ Pendant ce temps, coupez en deux la grenade et à l’aide d’une cuillère, récupérez les graines. Réservez-les dans un bol.

9/ Lors du montage, tapissez le fond de vos verrines avec les biscuits à la cuillère imbibés, puis une couche de mousse au mascarpone, et une cuillère ou deux de grenade. Répétez l’opération avec les biscuits, la mousse et terminez avec quelques graines de grenade.

10/ Filmez et réservez le tout au frais durant 3 à 4 heures.

 

 

Ma petite astuce : Ici j’ai remplacé les groseilles de la recette originale, par de la grenade, car j’aime ce coté explosif en bouche lorsque je déguste le tout. La douceur du chocolat blanc, vient contrebalancer avec le pep’s de la grenade et donne un très beau mariage des deux saveurs.

 


 IMGP0519 


 

Bon, et bien, en espérant que la prochaine fois que je veux m’atteler dans ma cuisine, pour préparer une satanée recette, j’aurais la clémence du temps ! Oui... ca serait pas trop demandé…quoi que! Enfin bon, je crois que, ce n’est pas ça qui m’empêchera de farfouiller et bidouiller des desserts farfelus avec mes sirops en vrac’ et mes Fluff adorés ! Mais ca, c’est encore une autre histoire, que je vous compterais une autre fois.

 

 


 

IMGP0511.1 


 

Sur ce, Bon Appétit, moi je vais dans mon lit !

Commenter cet article